Le joli terrain de jeu montais

  • TIR À L’ARC

  • MONT-PRÈS-CHAMBORD

Un concours de tir à l’arc au milieu des vignes, ça vous dit ?

 

La sarbacane demande calme et concentration.

Le CJ Mont organisait le National Ufolep de tir à l’arc et sarbacane, ce week-end à Mont-près-Chambord. Un joli coup de projecteur sur la commune…

Ils étaient sur les chemins depuis tôt le matin. Et quand l’heure du déjeuner a sonné, tous devaient

s’arrêter. En même temps. Et pique-niquer sur place. Mais le ciel a commencé à gronder et les quelques gouttes épaisses venues doucher le terrain de jeu du CJ Mont qui organisait le National Ufolep de tir à l’arc et de sarbacane, ce week-end à Mont-près-Chambord, ont changé quelque peu la donne. Pas beaucoup rassurez-vous, mais le président du CJM, Mohamed Benthanane,

 tout de même affrété un car, un mini-bus et quelques voitures pour récupérer tout son petit monde disséminé ci et là sur la commune. Direction le gymnase de Mont-près-Chambord pour un déjeuner en commun, « et ce n’était pas si mal finalement », lâche le responsable du club montais. Puis retour sur le parcours…

Il faut dire que le National Ufolep, ce n’est pas du tir fédéral ni olympique. Mais c’est tout de même une compétition nationale. Et elle dépasse le seul cadre de la performance sportive. La pratique Ufolep met aussi au premier plan le fair-play, les connexions entre les pratiquants et bien sûr la découverte et la mise en valeur de la région. Une sorte de rallye touristique.
Et ce week-end, c’était donc Mont-près-Chambord à l’honneur.
Une nouvelle victoire nationale pour le Loir-et-Cher .
Mohamed Benthanane et son équipe de bénévoles n’ont d’ailleurs pas lésiné sur la découverte de leur territoire. Si après une matinée en gymnase où ils ont tiré trente volées, les sarbatains ont pu souffler leurs traits sur un parcours long d’environ un kilomètre, seize volées de trois traits sur des cibles 3D, les archers eux, ont crapahuté. Ils avaient environ huit kilomètres à parcourir, répartis en trois boucles. « Une boucle de 4,5 km qu’ils ont faite le matin à dominante prairie et vignes. Ils ont pu découvrir un élevage de chèvres angora, des ruches, l’ancienne gare de Mont, la scierie et la cave coopérative. L’après-midi, ils avaient une deuxième boucle de 2,7 km à dominante forêt et une troisième de 1,5 km à dominante prairie où ils ont découvert cette fois le camping et la baignade naturelle. » Et aux abords de la baignade naturelle, les sarbatains ont de leur côté pu pénétrer au sein du verger conservatoire de la commune. « Et pour ce qui est des archers qui concourraient par équipes de quatre, explique Jérôme Gibeaud, responsable de la commission nationale tir à l’arc et sarbacane à l’Ufolep, ils avaient donc vingt-quatre cibles sur l’ensemble du parcours d’orientation qu’ils ont eu à boucler à l’aide d’un livret. Sur chaque cible, ils ont eu trois flèches à tirer ainsi qu’une question à laquelle répondre. » Pour ça, chacun avait reçu un livret un mois avant la compétition traitant de plusieurs thèmes comme la géographie, l’environnement, l’histoire, le développement durable, et bien sûr sa fédération d’appartenance, l’Ufolep. Une moyenne de tous ces critères a permis d’établir un classement final.
Au total, ce national Ufolep a réuni 75 sarbatains et 94 jeunes archers.
Au final, ce sont Les Moulins à paroles (Isère) qui se sont imposés par équipes sur le parcours des archers, devant Les Blaireaux (Loir-et-Cher) et Les Ecureuils (Indre-et-Loire). En sarbacane, la victoire revient aux Schifumis (Indre-et-Loire) devant Les Pandas du donjon (Loir-et-Cher). Les Coqs Faumontois (Nord) complètent le podium. Deux belles deuxièmes places qui permettent au Loir-et-Cher de conserver le trophée Sarb’arc (moyenne tir à l’arc et sarbacane) acquis en 2017.
sports.blois@nrco.fr